NumisBids
  
Chaponnière & Firmenich SA
Auction 15  21 May 2022
View prices realized

Lot 96

Starting price: 15 000 CHF
Price realized: 15 000 CHF
Find similar lots
Share this lot: Email
BELGIQUE. Brabant. François de France, 1582-1584. Couronne d'or 1582, Anvers. Av. FRAN F FRAN FRA VNIC REG D G DVX BRA. Croix fleurdelisée cantonée de deux F et deux lions. Rv. AETERNVM MEDITANS DECVS 1582. Ecu couronné de France-Brabant, accosté de deux F. Fr. 76. AU. 3.38 g. SUP
Ex. Chaponnière & Firmenich SA auction 10, 21 Octobre 2018, lot 65.
Cette monnaie est rarissime. D'une qualité exceptionnelle, elle a été frappée à Anvers. D'une part, elle proclame la souveraineté de François sur les terres du Brabant. D'autre part, la titulature rappelle ses liens avec la couronne de France : « François, fils de France, frère unique du Roi, par la grâce de Dieu, duc de Brabant ». Enfin, la devise traduit la démesure qu'il reprochait pourtant à son frère, le roi de France : « aeternum meditans decus » ; aspirant à une gloire éternelle.
Quatrième fils du roi de France Henri II, François n'est pas gâté par la nature. De petite taille, le visage déformé par la petite vérole, il est sujet aux railleries de son frère aîné Henri (futur Henri III de France) et des mignons de sa cour. Accompagné par son beau-frère Henri III (roi de Navarre, le futur Henri IV de France), il mène alors le parti d'opposition : des mécontents qui s'opposent à la politique élitiste de la cour et à l'absolutisme religieux qui tente de s'installer dans le Royaume, au cours de la cinquième guerre de religion.
François essaie une première fois de prendre le pouvoir en 1574, alors que son frère Charles IX meurt, laissant vacant le trône royal. En effet, le dauphin (son frère aîné Henri) est alors roi de la Pologne. Mais la reine mère ne le laisse pas faire : elle pousse Henri à abandonner Varsovie et regagner Paris pour devenir le roi Henri III de France.
L'année suivante, François s'enfuit de la cour où les dissensions s'accroissent. Il rallie à ses côtés les protestants dont le roi de Navarre qui lui aussi fuit la cour. A la tête d'une armée, il contraint son roi (Henri III de France) à mettre un terme à la cinquième guerre de Religion par la paix de Beaulieu, le 6 mai 1576. Preuve de sa victoire, il reçoit les duchés d'Anjou, de Touraine et de Berry.
Les négociations pour le marier reprennent. Sa mère, Catherine de Médicis, tient à unir un de ses fils à la couronne d'Angleterre, en la personne de la reine Elisabeth elle-même, qui refuse. Mais Henri III ne se décourage pas, il fait en sorte que son frère François soit présenté à la souveraine anglaise, bien qu'il soit de vingt-et-un ans son cadet. La reine étudie la question. Mais un Français catholique suscite l'opposition unanime du peuple anglais, au point que les espoirs de noces sont complètement oubliés en 1582.
Les interventions politiques de François attirent sur lui l'attention bienveillante de Guillaume d'Orange-Nassau qui a libéré les Pays-Bas de l'emprise espagnole. En février 1582, François reçoit le titre de duc de Brabant, puis en juillet celui de comte de Flandres. Mais son orgueil le rend impopulaire, de sorte qu'il ne pourra pas s'installer sur ses terres. L'année suivante, il se retire à Château-Thierry où il succombe de la tuberculose, en 1584.a
Question about this auction? Contact Chaponnière & Firmenich SA