NumisBids
  
Jean Elsen & ses Fils
Auction 152  9-10 Sep 2022
Pre-sale bidding closes in
19 days 14 hr 56 min

Lot 160
  EUR
Estimate: 15 000 EUR
Current bid: None
Minimum bid: 12 000 EUR
Find similar lots
Share this lot: Email
GAULE BELGIQUE, Nervii, AV hémistatère, fin 3e-début 2e s. av. J.-C. D/ T. à d., la chevelure bouclée, le bord du cou orné de stries. Sous le cou, deux volutes. R/ Aurige menant son cheval au galop à g. Devant le cheval, une roue. Entre les jambes, un annelet centré d''un point. A l''ex., simulacre de légende décorative. DT 37 var. De la plus haute rareté Le deuxième exemplaire connu. D''une qualité exceptionnelle.
Superbe
Extremely Fine

Voir l''agrandissement en couverture.

Les premières monnaies qui circulèrent sur le territoire de la Gaule étaient les statères d'or de Philippe#II de Macédoine (359-336 av. J.-C.) et de ses successeurs, dont un nombre croissant d'originaux a été enregistré à travers la Gaule. Ils portaient au droit la tête laurée du dieu Apollon, et au revers un bige sous lequel apparaît le nom de Philippe. Ces statères constitueront les prototypes quand, au courant du IIIe#siècle av. J.-C., se mettent en place des séries indigènes. Dans la plupart des cas, l'unité pondérale adoptée sera celle du modèle grec, le statère. Il est intriguant que, dans la zone côtière de la Manche, de la Normandie et de la basse vallée de la Seine à la vallée de la Somme et jusqu'en Belgique actuelle, les séries s'alignent sur l'hémistatère, obéissant apparemment à des exigences politico-économiques spécifiques. En Normandie et dans le pays de Caux, la tête d'Apollon à couronne laurée domine (Delestrée-Tache, II, 2004, séries 239, 242, 245), alors que dans la vallée de la Somme, les types tarentins précoces (Delestrée-Tache, I, 2004, série 1) subiront rapidement l'influence du statère de Philippe#II et le bige fera son apparition (Delestrée-Tache, I, 2004, série 2). L'ensemble le plus septentrional est attesté en Belgique actuelle. Des séries composées soit d'hémistatères, soit de quarts de statère, y voient le jour: ils s'inspirent du statère de Philippe#II. Ils se caractérisent au droit par une tête nue arborant une riche chevelure de mèches enchevêtrées et au revers, par la présence d'un seul cheval, dont le conducteur adopte néanmoins la position de l'aurige et tient le stimulus, alors que la roue du char est reléguée à titre d'ornement devant le cheval. Un annelet ou un cercle perlé centré sous le ventre du cheval est un symbole fréquent. La présence d'une rangée de P (Π) sous le cheval en exergue rappelle le nom de Philippe, indiquant de ce fait qu'il s'agit d'une libre adaptation du statère de Philippe#II de Macédoine. De bon or, le poids de l'hémistatère dépasse les 4,00#g, attestant de leur haute ancienneté (Scheers, Traité, 1977, p. 236-241, séries 6 et 7, pl. II, 40-50). Ces monnaies se dispersent de part et d'autre de la moyenne vallée de la Meuse et de la Sambre. Il n'est pas clair qui en sont les auteurs. En 57 av. J.-C., César signale dans cette région les Nerviens, les Eburons et les Condruses, ainsi que les Atuatuques. L'installation de ce peuple, les descendants des 6000 hommes abandonnés par les Cimbres et les Teutons à la fin du IIe siècle av. J.-C., a certainement bouleversé la région. Prof. Dr. Simone Scheers
Question about this auction? Contact Jean Elsen & ses Fils